Accueil > Éditorial > Vous êtes ici > L'interview : Hélène Daret, directrice pôle marques chez Refashion

L’INTERVIEW : HÉLÈNE DARET, Directrice Pôle Marques chez Refashion

Ils l’ont fait. Relever le challenge, pas fastoche, de s’inscrire dans le sillage des marques  reconnues pour leur éco-conception. « Ils l’ont fait », c’est aussi le nom de la rubrique de Ecodesign (plateforme digitale de Refashion) qui met en lumière les maisons de textiles soucieuses de leur  impact sur l’environnement et actrices dans cette dynamique. Désireuse depuis ses balbutiements de toujours tendre vers un processus de fabrication éthique, La Maison de la Maille est aujourd’hui reconnue pour son véritable engagement.

Hélène Daret, directrice Pôle Marques chez Refashion, nous en parle.  

LMDLM_LePlaidMerveilleux_Adagio_Zoom2.jpg

Refashion, c’est quoi c’est qui ? 

Refashion est un éco-organisme agréé par l'État qui s’occupe de la gestion des déchets de la filière textile. On couvre toute l’industrie textile de l’habillement en passant par les chaussures et le linge de maison. Nous dépendons de la REP (Responsabilité Élargie des Producteurs) dont l’objectif est de traiter les déchets produits, mais aussi de les prévenir en agissant sur l’ensemble de leur cycle de vie. Refashion propose des outils, des services, des informations qui facilitent et accélèrent la transformation vers l’économie circulaire.  

Et Eco-design ? 

C’est la plateforme digitale créée par Refashion pour informer au mieux les marques de textiles et les aider à relever le défi de l’éco-conception. Nous avons un rôle important d’accompagnement et d’éducation sur le sujet car beaucoup d’entreprises, aujourd’hui encore, sont volontaires mais ignorent par où commencer. Sur cette plateforme, Ecodesign, nous avons ouvert « Ils l’ont fait » une rubrique destinée à parler des marques qui selon nous cochent déjà un grand nombre de cases dans l’éco-conception, comme La Maison de la Maille. Notre rôle à nous c’est d’éduquer les marques mais aussi de mettre en avant celles qui sont déjà dans le bon processus.

On en est où aujourd’hui ? 

La situation n’est pas dramatique du tout et nous sommes dans une industrie plutôt encourageante. Néanmoins, pour qu’un jour nous n’ayons pas ou presque pas de déchets à gérer il faudrait qu’on entre dans une économie circulaire totale. L’objectif pour nous est d’accompagner les marques autour de l’éco-conception pour que ce processus-là s’installe. L’idée c’est d’aller au bout du recyclage. Les derniers chiffres, enregistrés en 2019, parlent de 648 000 tonnes de produits mis en marché et 248 000 tonnes collectées. 57 % des produits collectés sont réutilisés dans leur entièreté (envoyés en Afrique principalement) et 24 % sont recyclés. Ce qui est dommage aujourd’hui, c’est de voir que la durée de vie d’un vêtement est très courte et que beaucoup (beaucoup) de produits dorment au fond des placards alors qu’ils pourraient être donnés et triés. 

Tous les produits textiles sont-ils recyclables ?

En grande majorité les produits sont recyclables mais avec des degrés de complexité différents. Avant la recyclabilité c’est aussi la durabilité du produit et surtout son impact environnemental qu’il faut évaluer et là, tout est important, la matière première, le transport, sa deuxième vie, l’utilisation consommateur, la fin de vie...

Pourquoi La Maison de la Maille ? 

Parce que La Maison de la Maille répond à tous ces critères. Je trouve l’idée du Plaid Merveilleux très intéressante. Une matière première naturelle, pouvoir retracer la genèse, proposer un produit local et respectueux, l’idée de faire du zéro déchets, valoriser le savoir-faire et réussir à créer un superbe produit fini, c'est vraiment fort et il était évident pour nous de le mettre en avant. Ils ont réussi à mettre sous contrainte leur produit dès la conception pour avoir un impact minimal sur l’environnement. S’ajoute à tous ces facteurs, la durabilité d’un objet comme le plaid qui s’inscrit dans le temps et ne souffre pas des caprices de la mode.

 

Les choses bougent ? 

Oui, heureusement. Le chemin est encore long mais nous avons connu un vrai tournant dernièrement. D’une manière générale, nous remarquons une vraie volonté des marques d’aller vers du mieux. Les consommateurs aussi sont très demandeurs, et de plus en plus, les marques l’ont bien compris. Pour aider les marques, nous allons lancer un baromètre de maturité d’éco-conception afin qu’elles puissent se rendre compte de leur « niveau » et de ce qu’elles peuvent faire pour s’améliorer. Nous avons des ateliers d’accompagnement mis en place pour les aider dans cette démarche. Pour une marque, se lancer dans l’éco-conception c’est comme vouloir monter l’Everest en tong, nous sommes là pour les aider à s’emparer de bonnes chaussures, de bon matériel et les soutenir dans l’ascension.

Un conseil à donner aux citoyens/consommateurs ? 

S’il vous plaît, ne jetez pas vos textiles dans les ordures ménagères !
Apportez-les dans une antenne d’association, dans un magasin équipé ou déposez-les dans un conteneur prévu à cet effet car ils seront réutilisés, triés, donnés. Les déchets textiles d’aujourd’hui sont les ressources de demain. Entrons dans une économie 100% circulaire pour prendre soin de notre planète.

Article écrit par Laura Isaaz

Produit à découvrir : 

leplaidmerveilleux-etiquette-matiere-blog.jpg

Parce que La Maison de la Maille ne s’arrête jamais de vouloir aller toujours plus loin dans la création d’exception, la marque a lancé sa nouveauté : le Plaid Merveilleux. Encore plus luxueux que les précédents produits, il s’impose comme l’indispensable déco luxe et écolo. Merveilleux et bien plus encore.

Lire la suite

LMDLM_mouton

Une marque responsable, c'est quoi ?

Responsable. C’est un peu le mot du moment, celui dont usent et abusent beaucoup de marques, celui qui fait bien à côté du nom, celui qui atteste d’une certaine éthique, écologique notamment. Parce que tout ce qui touche au bon soin de la planète a le vent en poupe et qu’il est devenu plus qu’urgent pour les marques aujourd’hui de revoir leurs habitudes pour minimiser leur impact environnemental. Responsable, d’accord, mais ça veut dire quoi ? Et qui l’est vraiment ? Lire la suite