Accueil > Éditorial > Vous êtes ici > Portrait : Axelle, l'âme du Clos Tranquille

PORTRAIT : AXELLE, L’ÂME DU CLOS Tranquille

On arrive au bout de ce sentier dans cette ferme de la Sarthe où Axelle nous accueille entourée de ses deux chiens et de ses quarante alpagas. Elle s’approche et dans un sourire franc nous invite à entrer dans ce domaine qu’elle a construit avec la passion dévorante de ceux pour qui rien n’est impossible.

202110_photo envoyée par Axelle_utilisable.jpg

Il suffit pourtant de faire un tour sur la propriété, parler un peu avec cette bosseuse amie des bêtes, pour comprendre que c’est un travail de dur labeur et de tous les instants. Sans relâche. « Il faut être passionné.e pour faire ce métier ».

 

Ils sont peu en France à élever des alpagas

Et c’est dans ce petit monde, cet univers étranger au plus grand nombre, qu’Axelle a posé ses valises il y a 6 années après avoir beaucoup voyagé. 

 

« J’ai toujours eu envie de travailler avec les animaux, je suis proche d’eux. Lorsque j’ai commencé à regarder pour éventuellement me lancer dans l’élevage de chèvres, j’ai croisé la route des alpagas et de Christel Chipon elle-même éleveuse en Mayenne qui m’a soutenue et conseillée dans mon projet. A mes débuts, j’ai eu l’opportunité d’effectuer des stages à son élevage, dont un particulièrement intéressant avec Bernard Guidicelli, vétérinaire spécialiste des petits camélidés. Au fur et à mesure des rencontres et de mes expériences attentives auprès de ces charmants animaux et d'éleveurs, comme Frédéric Henry de l’élevage du Fontenelle, j'ai acquis un savoir faire qui me permet aujourd'hui de compter parmi les éleveurs sérieux et d'améliorer la qualité de mon cheptel.».
 

D’abord six, puis aujourd’hui quarante, la tribu du Clos Tranquille évolue au rythme des ventes et des naissances. Axelle n’a d’yeux que pour eux. Eux dont elle connaît les prénoms, les caractères, les faiblesses et les forces. Eux qu’elle soigne, qu’elle aide au moment des mises bas.

 

On parle, on se marre, Axelle se montre bavarde, drôle et s’excuse de ne pas être à l’aise quand on veut la prendre en photo, sans doute qu’elle ignore que son regard lagon et sa grande sensibilité la rendent lumineuse.

« Déjà enfant je me voyais habiter au contact de la nature, entourée d’animaux. » On comprend vite alors qu’aucun autre style de vie n’aurait pu la rendre aussi heureuse, Axelle est à sa place et il y a là-dedans quelque chose de beau et, surtout, de terriblement inspirant. 

 

La journée touche à sa fin et le discours prend des allures écolos, Axelle en grande amoureuse de la nature essaie de convertir l’urbaine que je suis en campagnarde en Paris et me parle d’hydroponie, j’ai mis un terme à l’entretien à cet instant précis (après avoir regardé ce que ça voulait dire). 

Mais je vais y réfléchir. 

Promis. 

Article écrit par Laura Isaaz

Produit à découvrir : 

LMDLM-emailing-alpagas-le-Clos-Tranquille.jpg

On vous a déjà ici parlé à plusieurs reprises des alpagas qui se cachent derrière les plaids de luxe que nous confectionnons chez La Maison de la Maille. Après avoir balayé en long et en large les thématiques inhérentes à nos amies les bêtes, leurs caractéristiques, leur tonte, leurs habitudes… Nous avons pensé bon de remonter à la source, l’élevage, et de vous en dire davantage. Après avoir travaillé dans le milieu équestre, Axelle Duval commence à s’intéresser aux alpagas. C’est à leur contact et en étant soutenue par des gens du métier, qu’elle se décide à créer son propre élevage en 2017. Lire la suite

Alpaga.jpg

Ces 10 choses que vous ne savez pas sur les alpagas

D’où vient-il ? Que fait-il ? Comment est sa toison ? Est-il gentil, propre et sociable ? Nous avons étudié de près les différentes caractéristiques de l’alpaga afin de vous en dire un peu plus sur cette espèce animale encore assez peu connue en Europe. Sa fibre étant très utilisée dans la fabrication de nos produits La Maison de la Maille, il nous semblait essentiel de mettre en lumière les 10 traits les plus importants (et surprenants sans doute) de sa personnalité. Lire la suite